Le vitrail Tiffany porte le nom de son inventeur, Louis Comfort Tiffany (1848-1933)

Louis est le fils de Harriet et Charles Lewis Tiffany, fondateur d’une entreprise florissante de bijouterie, Tiffany & Co. Il étudie en 1866 à l’Académie américaine de design.

Sa première réalisation est une peinture réalisée alors qu’il est élève de George Inness en 1867. À 24 ans, il s’intéresse au travail du verre. C’est à cette période qu’il rencontre Mary Woodbridge Goddard, qu’il épousera le 15 mai 1872.

Il crée, en 1885, sa propre entreprise de travail du verre et invente un procédé pour fabriquer des verres opalins, auxquels d’autres artistes préfèrent le verre teinté en clair. En 1893, son entreprise introduit une nouvelle technique, « Favrile », pour la fabrication de vases et de bols. Ce nom est dérivé du latin fabrilis, qui signifie « fait à la main ». Il réalise par ailleurs des vitraux (notamment à l’église Church of the Incarnation, Madison Avenue, à New York), tandis que son entreprise crée une gamme de décorations intérieures. Il use de tout son talent pour la conception de sa propre maison, Laurelton Hall, à Oyster Bay, Long Island, terminée en 1904.

Il introduit plusieurs nouveautés dans la technique de verrier dont certains ont fait l’objet de brevets :« verres drapés » où la pâte en fusion est repliée sur elle-même, emploi de plusieurs couches superposées, inclusion de morceaux de verre coloréSon apport le plus remarquable est la création de son « verre Favrile » qui inclut des sels métalliques.

La création de « vitraux Tiffany » a été une activité importante pour Tiffany qui a produit plusieurs milliers d’exemplaires dans son atelier. Concevant le dessin, il a été aidé pour cela par son équipe, dont les membres les plus connus furent Agnès Northrop et Frederick Wilson. Les thèmes prédominants étaient la religion et les paysages. Sa technique délaisse le traditionnel sertissage au plomb au profit d’un enrobage des pièces de verre avec un ruban de cuivre autocollant sur lequel est appliqué de la graisse à soudure afin de faciliter l’adhérence de l’étain de soudure.

Ses multiples lampes restent l’une de ses créations les plus connues, même si Tiffany ne goûtait guère à la production de masse qu’elles impliquent, préférant implicitement la fabrication d’œuvres uniques.

 

Quelques unes des créations de Valérie Salaün…

 

Vitraux

 

Jeux de lumières

 

Suspensions